eolien-nucleaire-vincent-martet

L’énergie éolienne face au nucléaire, quelques explications par Vincent Martet

Vincent Martet, professionnel dans le secteur énergétique de l’éolienne, nous présente aujourd’hui quelques éléments de comparaison entre l’énergie éolienne et l’énergie nucléaire. En effet, chacune de ces énergies dispose d’un fort potentiel, mais crée également la polémique pour plusieurs raisons.

La contestation de l’énergie éolienne dans l’Hexagone

Si l’énergie éolienne est considérée comme propre et comportant bien moins de risques que le nucléaire, nombreux restent les français face à cette source énergétique, indique Vincent Martet. L’origine du questionnement face à l’éolienne réside en particulier dans sa capacité de production trop aléatoire en raison des changements météorologiques.

Par ailleurs, ajoute Vincent Martet, le président du conseil régional des Hauts de France (première région en termes de production d’éolienne), Xavier Bertrand ne voit pas les éoliennes d’un très bon œil : selon lui, elles “détruisent le paysage” ou sont trop onéreuses quand implantées en mer. Cependant, il ne s’oppose pas pour autant aux énergies propres et renouvelables puisqu’il propose des alternatives aux énergies fossiles comme le solaire ou encore la méthanisation, rappelle Vincent Martet.

Du côté des particuliers aussi, l’éolien est parfois décrié : à travers de nombreux témoignages de riverains, les turbines éoliennes sont accusées de provoquer différents syndromes (en raison des infrasons notamment) se manifestant par différents troubles (fatigue, épilepsie, inflammation des articulations…). Cependant, ce jugement serait en réalité subjectif si l’on en croit l’ANSES, précise Vincent Martet, qui indiquait en 2017 qu’aucun dépassement des seuils d’audibilité en termes de basses fréquences n’avait été constaté. Un autre argument évoqué par les particuliers serait la dépréciation des biens immobiliers près desquelles seraient ou seront implantées des turbines éoliennes.

Production et capacité de production, par Vincent Martet

Actuellement, l’énergie éolienne française constitue la quatrième source d’énergie, devancée par l’hydraulique et les énergies fossiles, rappelle Vincent Martet. 1655 parcs éoliens sont en activités et produisent au maximum un peu moins de 14 000 mégawatts contre un peu plus de 63 000 générés par les 58 réacteurs nucléaires encore en activité. Des estimations ont ainsi porté la nécessité de 26 000 turbines d’éolienne pour pouvoir totalement supplanter l’énergie nucléaire.

Si les écarts peuvent sembler considérables, il convient d’indiquer une information supplémentaire importante : d’après la Fédération de l’Energie Eolienne, il ne suffirait en vérité, à l’horizon 2050, plus que de 18 000 turbines pour atteindre le 100% en termes d’énergies renouvelables, indique Vincent Martet.

En termes d’électricité produite, il est difficile d’établir un chiffre de production d’énergie éolienne journalière, tant cela est variable dû aux aléas du vent. A titre d’exemple, les pales éoliennes ont produit le jour le moins venteux de 2017 un total de 17 000 mégawatts d’électricité contre 468 000 le jour le plus venteux.

Le coût de ces énergies

Les récentes avancées technologiques ont permis de réduire considérablement les coûts de l’énergie éolienne. En effet, s’il fallait compter entre 61 et 91 € le mégawattheure (contre 63 pour le nucléaire), l’on parvient aujourd’hui à réduire le coût de l’énergie éolienne à 68 euros en moyenne (entre 57 et 79 euros). Vincent Martet termine en indiquant que le coût de production d’énergie nucléaire serait quant à lui en hausse.

Un phénomène du notamment aux dépenses d’exploitation, aux coûts d’éventuels démantèlement ou encore la gestion des déchets.

Retour accueil