Sylvie Laroche parle du soutien des associations humanitaires aux familles Roms

Sylvie Laroche parle du soutien des associations humanitaires aux familles Roms

Pauvreté et marginalisation sociale voire économique sont des facteurs qui ont poussé plusieurs familles à la migration. Ce fut le cas des Roms qui, au cours de leur périple se sont retrouvés en situation d’errance. Dans cet article Sylvie Laroche, ancienne directrice de l’armee du salut parle du soutien des associations humanitaires aux familles Roms.

Les Roms : qui sont-ils ?

Encore appelés les Tsiganes à cause de leur statut de nomades, les Roms sont originaires de l’est de l’Inde. On les désigne également sous les appellations : les gens du voyage, les bohémiens, les manouches… La cherté de la vie et la discrimination étaient les problèmes majeurs qui les ont poussés à la migration vers les pays européens.

D’autre part, la deuxième guerre mondiale a contribué à l’éveil des préjugés racistes, au chômage massif et au déséquilibre social des Roms. La Bulgarie, la France, l’Espagne, la Roumanie et le Royaume-Uni étaient leurs destinations favorites. Toutefois, sur de nouvelles terres, les Roms se retrouvent très rapidement dans des conditions pénibles. Violence, expulsion et délogement étaient leur quotidien.

“Il convient néanmoins de souligner que le soutien des associations humanitaires aux familles Roms” indique Sylvie Laroche. Elles sont nombreuses à œuvrer dans ce sens. Il s’agit d’organisations qui, d’une manière ou une autre ont contribué à l’amélioration des conditions de ces familles.

Le soutien du CEDRE

Le CEDRE prône l’éducation pour tous les enfants, et ce, quel que soit leur statut ou leurs origines. Il s’agit d’un groupe d’associations et de syndicats pour qui l’éducation des enfants passe avant tout. On peut citer :

  • L’Association Biterroise Contre le Racisme (ABCR)
  • L’Association de la Fondation Étudiante pour la Ville (AFEV)
  • L’Association pour l’Accueil des Voyageurs (ASAV)
  • Le Mouvement catholique des gens du voyage…

À travers de nombreuses manifestations, ce collectif œuvre pour l’amélioration des conditions de précarité de ces familles. En effet, il lutte contre les expulsions répétées ainsi que les refus d’inscription. Le CEDRE finit alors par obtenir un accompagnement social pour les familles Roms, des aides à la scolarisation et des propositions d’hébergement.

L’association La Pierre Blanche

Située aux environs de Lille, l’association La Pierre Blanche lutte pour l’intégration des familles Roms pour lesquelles l’inaccessibilité à l’emploi est une évidence. Grâce à l’acharnement et à l’accompagnement de cette association, une dizaine de pères de famille Roms sont embauchés. La Pierre Blanche incite également ces derniers à l’auto-entreprenariat.

Ainsi, ils furent nombreux à se convertir en ferrailleurs, menuisiers, mécaniciens… etc. De même, les femmes peuvent désormais exercer en tant que femmes de ménage. L’association La Pierre Blanche a donc facilité l’accès des Roms à l’emploi.

La contribution de la fondation Armée du salut

Face à la dégradation des conditions de vie des Roms, l’Armée du salut n’est pas restée en marge. C’est ainsi qu’elle témoigna un soutien considérable à une dizaine de familles Roms expulsées au Havre pour des raisons d’occupation illégale de terrain. La fondation contribua à leur hébergement, à leur intégration ainsi qu’à leur insertion dans la vie professionnelle.

Les Roms majeurs pouvaient désormais exercer un métier pour subvenir aux besoins de leurs familles. Quant à la lutte pour l’accès à l’éducation des enfants, l’Armée du salut en est l’un des piliers. Elle n’hésite pas à exposer leurs conditions de vie afin d’inciter une prise de conscience ainsi qu’un changement.

Sylvie Laroche dit, “Si tout n’est pas rose pour les familles Roms qui immigrent en Europe, il faut reconnaître que grâce à l’implication d’une multitude d’associations humanitaires, ces dernières retrouvent une vie normale”.